Les couches lavables, un retour en arrière ?

Les couches lavables, un retour en arrière ?

Couche lavable fermée

Pourquoi choisir d’utiliser des couches lavables ?

 

– C’est bon pour le porte-monnaie

Les couches lavables représente un investissement important au départ (en moyenne 400 € selon les marques et les modèles choisis pour utiliser du « tout lavable »). Vous devrez rajouter à cela des voiles de protection et des antibactériens. Vous ferez aussi un peu plus de lessives (même si les couches peuvent être lavées avec le reste du linge).

Jusqu’à l’acquisition de la propreté (deux ans et demi en moyenne), un enfant utilise 4 562 couches à environ 0.30 € par couche soit un budget total de 1 365 € (budget mensuel de 45 €). Vos couches lavables seront donc amorties et rentables après 9 mois d’utilisation.

Et si en plus, vous les utilisez pour un second enfant (ce qui est mon cas), alors là c’est le jackpot !

– C’est bon pour la planète

Il faut 8 fois moins de matières premières pour faire une couche lavable qu’une couche jetable (en comptant la production de lessive !).

Oui, mais la consommation d’eau alors ? La production des couches jetables nécessite tellement d’eau (120 m3 d’eau pour fabriquer la cellulose) que là aussi, les lavables les battent malgré leurs passages répétés par la machine à laver !

Mais c’est bien sûr au niveau des déchets que la différence est la plus flagrante : Votre poubelle va fondre ! L’image ci-dessous est assez parlante pour que je n’en dise pas plus sur ce sujet… (Source : http://www.eco-bebe.com/content/99-pourquoi-utiliser-les-couches-lavables)

Déchets couches lavables et jetables

 

 

– C’est meilleur pour la santé de mon bébé

Les couches lavables sont faites de matières naturelles (coton, chanvre, bambou). Seule la culotte de protection est en polyester.
Les couches jetables, outre le plastique et la cellulose, contiennent divers produits chimiques (parfum, colle, capteur d’odeurs, polyacrylate de sodium) dont certains sont très toxiques (dioxines).

– Les inconvénients

Evidemment, il y forcément des inconvénients pour contrebalancer tous ces avantages.
– Les couches lavables demandent plus de travail, inutile de se voiler la face : il faut les laver, les étendre, les ranger, les détâcher… Même si vous avez moins de poubelles à sortir !
– Le côté moins pratique : En ballade ou à l’extérieur, c’est plus difficile à utiliser.
– Il est difficile de trouver une crèche ou une assistante maternelle qui accepte ce genre de couches.
– Elles tiennent moins longtemps que les couches jetables (qui absorbent toujours plus à cause des produits chimiques qu’elles contiennent) et vous devrez donc changer votre enfant plus souvent (maximum 3 heures – sauf la nuit !).

 

Le fonctionnement et l’entretien des couches lavables

Comment ça marche ?

Finie l’image des langes de nos (arrières) grand-mères, les couches lavables sont devenues simples d’utilisation et se parent même pour certaines marques d’un look moderne et coloré !

En pratique, la couche lavable se compose :

– d’une partie absorbante (la couche) qui peut être en coton, en chanvre ou en bambou
– d’une culotte de protection imperméable qui enveloppe la couche

On peut également rajouter une ou plusieurs doublures (généralement en bambou) pour augmenter la capacité d’absorption (quand bébé grandit ou pour les nuits).

Détail couche lavable

Vous devrez aussi placer dans la couche un voile de protection jetable. Ainsi lorsqu’il y aura des selles, vous n’aurez plus qu’à prendre ce voile et le jeter dans les toilettes (Au revoir les odeurs !). Personnellement, je choisis des voiles épais pour bébé allaité car ils retiennent mieux les selles un peu molles (désolée pour les détails) et lorsqu’il n’y a qu’un pipi, je les lave en machine avec les couches !

En plus, des culottes + couches, des doublures et des voiles, vous devrez investir dans certains accessoires pour vous simplifier la vie : un seau étanche pour le stockage des couches sales, un antibactérien (huile essentielle d’arbre à thé par exemple) pour désinfecter les couches, un savon détachant écologique (pour les débordements !)…

Le stockage, le lavage et l’entretien

  •  Le stockage des couches lavables, après un rinçage rapide, peut se faire soit à sec (dans un seau avec quelques gouttes d’huiles essentielles) soit dans de l’eau additionnée d’antibactérien. Dans ce cas, il ne faut pas y stocker les culottes imperméables. Personnellement, j’ai toujours pratiqué le stockage à sec : Je rince et j’essore la couche et hop, la culotte et la couche dans le seau. Et le seau est moins lourd à transférer dans la machine à laver !
  • Les couches lavables peuvent être lavées à 30°C ou 40°C avec le reste de votre linge à condition d’utiliser une lessive écologique et de rajouter un antibactérien (huile essentielle de tea-tree). Vous devrez quand même faire un lavage à 60 °C de temps en temps pour les décrasser. Il est important d’utiliser une lessive écologique afin de ne pas encrasser les couches (avec des parfums et des adoucissants) ce qui diminuerait beaucoup leur capacité d’absorption.
    Selon les modèles, les couches peuvent ou pas passer au sèche-linge.

Comment choisir ses couches lavables ?

Il existe des tas de marques et de modèles différents sur le marché mais globalement les couches peuvent être classé en 2 catégories :

  • Les tout-en-un : La couches et la culotte sont cousues ensembles, parfois avec une poche pour l’insert. C’est la plus simple d’utlisation car c’est celle qui se rapproche le plus de la couche jetable. En revanche, il vous faut tout changer à chaque fois et comme elles ne forment qu’un seul morceau, elles seront plus longues à sécher…
  • Les tout-en-deux : La couche et la culotte sont deux parties distinctes. La culotte peut être utilisée 2 ou 3 fois si elle n’est pas sale. En revanche, ces couches demandent un peu plus de manipulation (fixer la couche dans la culotte). Elle sèchent rapidement et les couches peuvent passer au sèche-linge.

Les deux modèles ont leurs avantages et leurs inconvénients et le choix sera fait selon vos besoins et votre équipement (sèche-linge, étendage extérieur possible ou non…)

Certaines couches sont disponibles en plusieurs tailles et d’autres sont adaptables de la naissance à la propreté (en réalité, c’est plutôt à partir de 4/5 mois car avant c’est vraiment gros par rapport au bébé !). Ces dernières ont l’avantage de ne pas avoir à faire deux fois l’investissement de départ.

Les prix varient énormément d’une marque à l’autre et selon les modèles choisis. N’hésitez pas essayer 2 ou 3 modèles avant de vous équiper entièrement. Vous pouvez aussi essayer d’en louer avant de vous décider.

Retour sur mon expérience personnelle avec les couches lavables

Mon choix de départ

J’ai commencé à les utiliser il y a 3 ans pour ma première fille. J’avais choisi des « tout-en-2 » ou TE2. J’ai investi environ 350 euros pour un jeu complet car je n’ai pas de sèche-linge (environ 30 couches, 12 culottes, 10 doublures en bambou et un seau imperméable).

Après utilisation pour ma première fille, voilà mes conclusions :

Biens que les couches que j’ai choisies soient taille unique de la naissance à la propreté (avec des pressions pour adapter la taille), elles sont trop grandes pour un nouveau-né (elles gênent le bébé – effet très gros popotin garanti). J’ai donc commencé à les utiliser vers 5 mois. L’autre bonne raison d’attendre vers 5 mois, c’est qu’avec la diversification alimentaire, les selles deviennent plus solides et cela évite de devoir laver les couches entièrement à la main !

L’utilisation est très facile. Même ma nounou s’y était mise. Elle me rendait le soir les couches sales dans un sac imperméable prévu pour ça. Il y a très peu de fuites (autant voire moins qu’avec une jetable) et non, on n’a pas toujours les mains dans le caca, le voile fonctionne très bien pour ça !

En revanche, pour les balades et les sorties, c’est beaucoup moins pratique et j’ai continué d’utiliser des couches jetables. De même, à partir des 2 ans de ma fille, j’ai utilisé des couches jetables pour les nuits car plus absorbantes. (Pour avoir le même résultat avec des lavables, j’aurais dû mettre plusieurs doublures en bambou !)

Ces couches sont donc, en plus d’être écologiques, très économiques et très pratiques surtout si vous les combiner avec des couches jetables (pour les nouveaux-nés, les sorties et les gros pipis de la nuit pour les grands).
Je réutilise maintenant les couches lavables pour ma seconde fille mais, comme j’ai moins de temps et que l’assistante maternelle ne s’en sert pas, c’est plus en appoint (les soirs et le week-end). Mais chaque fois que j’utilise une couche lavable, je me dis : »C’est 0.30 centimes d’économiser »…

Pour aller plus loin, vous pouvez aussi fabriquer très facilement vos cotons à langer lavables.

Et vous, avez-vous testé les couches lavables ? N’hésitez pas à partager vos retours sur expérience et vos conseils…

Cet article vous a plu, alors partagez-le...

Une réaction au sujet de « Les couches lavables, un retour en arrière ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *